L’évolution du pouvoir d’achat immobilier à Lyon

L’évolution du pouvoir d’achat immobilier à Lyon

L’Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier ont publié en 2014 une étude consacrée à l’évolution du pouvoir d’achat immobilier en France. Petite Lyonnaise revient aujourd’hui sur les grands axes de cette étude afin de mettre en lumière les grandes tendances relatives au pouvoir d’achat et aux possibilités d’accession à la propriété à Lyon.

Un pouvoir d’achat immobilier en baisse de 1998 à 2010

Le pouvoir d’achat des ménages français a baissé de manière significative entre 1998 et 2010. En 1998, en moyenne 7 ménages sur 10 étaient en mesure de faire l’acquisition d’un bien immobilier correspondant à leurs besoins. En 2010, seuls 6 ménages sur 10 ont les capacités d’acquérir un bien immobilier dans les grandes agglomération françaises.

La hausse des prix de l’immobilier est le principal facteur expliquant la baisse du pouvoir d’achat immobilier. Pour contrebalancer cette tendance, différentes mesures ont été prises pour accroître la solvabilité des ménages français. Nous pouvons par exemple citer :

  • La hausse de la durée des crédits
  • La baisse des taux d’intérêt
  • La création de nouveaux dispositifs d’investissements, fiscalement avantageux, à l’image de la loi Pinel 2016

Zoom sur la situation à Lyon

A Lyon, la capacité d’achat immobilier a diminué de 16% entre 1998 et 2010. Comme le montre le graphique ci-dessous, cette diminution touche toutes les tranches d’âge et creuse plus spécifiquement un écart générationnel entre les 30-35 ans et les 50-55 ans.

graphique pouvoir achat immobilier

Evolutions observées par âge à Lyon – Source : http://creditfoncier.com/

A l’échelle de la ville de Lyon, la hausse des prix de l’immobilier a eu pour conséquence d’augmenter l’écart d’accession à la propriété entre :

  • Les secundo-accédants  : à Lyon 77% des 30-35 ans sont proprétaires et peuvent acheter un nouveau bien pour se loger ou pour faire un investissement locatif si la simulation Pinel offre de bonnes opportunités.
  • Les primo-accédants : 25% des 30-35 ans sont encore locataires de leur logement à Lyon.

Laisser un commentaire

*